Le cinéma, plus qu’une salle de projection

Le 16 Octobre 2013,  à côté de l’aéroport Charles-de-Gaulle à Roissy, Luc Besson a inauguré son premier multiplexe qu’il a qualifié de révolutionnaire. Il se compose de douze salles, parmi lesquelles se trouvent les installations les plus innovantes de France. En plus d’améliorer la qualité de la projection, ce complexe a pour ambition de changer la vision que le spectateur a du cinéma en tant que lieu. Depuis leur création, les cinémas n’ont jamais changé leur mode de fonctionnement : on entre dans le lieu, on achète sa place, on achète quelques friandises pour les plus gourmands et on s’assied sur son siège, afin de profiter pleinement du grand écran qui se dresse devant nous.

Alors que le piratage de films ne cesse d’augmenter et, par la même occasion, de fragiliser le cinéma, il faut encourager les spectateurs à se rendre dans les salles. Il faut leur proposer quelque chose d’exclusif, quelque chose qui les pousserait à laisser leur home cinéma éteint et à se déplacer pour profiter d’un film.

Comme notre sondage le révèle, vous êtes 75% à aller au cinéma pour profiter d’un bon moment entre amis. C’est pour cela que des propositions sont à l’étude pour améliorer l’esprit de convivialité dans le lieu public qu’est le cinéma.

Ainsi, pour en revenir au nouveau multiplexe de Luc Besson, le confort des salles qui le composent a été amélioré. Par exemple, les sièges sont plus confortables, plus larges, et on ne se déplace plus pour aller acheter boissons ou biscuits : une tablette tactile et individuelle nous attend à notre siège pour nous permettre de commander et de nous faire livrer ce dont on a besoin, sans ne rien rater de ce qui se dit dans nos conversations d’avant film.

Pour renforcer la convivialité, certains cinémas envisagent de fusionner trois lieux en un seul : restaurant, cinéma et bar seraient réunis dans un seul et même complexe. On ne donnerait plus rendez-vous à ses amis 20 minutes avant le début de la séance, mais on viendrait plus tôt afin de manger ensemble, d’assister à la projection, et enfin de donner son avis sur le film autour d’une bière. Aux États-Unis, il est même question de pouvoir manger devant le film, un peu à la manière des plateaux repas que chacun peut se faire chez-soi devant sa télévision. Ainsi, chaque spectateur passerait sa commande et celle-ci lui serait apportée par un serveur, et ce sans gêner la vue. Les menus proposés pourraient même être adaptés au film diffusé : il serait possible de commander un civet de lapin façon « Hobbit » devant Le Seigneur des Anneaux, ou bien le fameux « five dollar milkshake » de Pulp Fiction.

salle-de-cinéma
Une des 12 salles du cinéma Aéroville-Europacorp de Luc Besson