La 4ème dimension ?

Je vous arrête de suite, il ne s’agit pas de trouver une 4ème dimension à l’image. Non, en réalité, le cinéma 4D est un autre nom donné au cinéma sensoriel. De nos jours, voir un film au cinéma, c’est donner du plaisir à deux de nos sens : la vue et l’ouïe.

Comme son nom le suggère, le cinéma sensoriel sollicite d’autres sens puisqu’il fait appel à 4 des 5 sens de l’être humain : la vue, l’ouïe mais aussi le toucher et l’odorat. Le principe est simple : à la manière de certaines attractions de parcs tels que le Futuroscope pour évoquer un exemple français, le spectateur se retrouve positionné sur un siège articulé qui peut s’incliner, vibrer ou exercer des pressions sur le spectateur. Mais notre toucher est aussi sollicité différemment, notamment avec la projection d’eau ou de jets d’air pour simuler le vent par exemple.

Pour ce qui est de l’odorat, l’objectif est toujours le même : il faut renforcer l’immersion du spectateur. Ainsi, lors d’une scène de guerre par exemple, il sera possible de diffuser une odeur de plomb.

ATMOS et la 4D, c’est pour bientôt donc ?

Alors que les prochaines salles devraient être équipées du système ATMOS, rien n’est encore sur concernant le cinéma sensoriel. Cette perspective intéresse particulièrement les spectateurs (voir notre sondage) mais même si certains salles équipées ont vu le jour en Corée du Sud, rien n’est sur concernant son arrivée dans les salles Européennes. En effet, le prix d’une place dans une telle salle semble être un obstacle de poids à son expansion.