Dolby ATMOS

On a tous en tête la véritable révolution qu’a représentée l’apparition de la 3D dans nos salles de cinéma. Si aujourd’hui, le bilan de ces premières années d’expérience semble mitigé, l’image 3D semble encore avoir de beaux jours devant elle. D’ailleurs, en parlant de 3D, une nouvelle technologie va très prochainement faire son apparition dans nos salles : le Dolby ATMOS.

Vous ne voyez pas le rapport avec la 3D ? C’est pourtant simple, ATMOS est en fait le son en 3D. Depuis plusieurs années, nos salles sont, pour la plupart, équipées de systèmes sonores 5.1 ou 7.1. Ces systèmes-là sont les précurseurs de la spatialisation du son. Comme vu précédemment, le 5.1, système le plus fréquent, correspond simplement au nombre de sources sonores de la salle : 5 comme le nombre d’enceintes et 1 pour le nombre de caisson de basses.  Alors que ce dernier est situé devant nous, 4 des 5 enceintes sont positionnées aux 4 coins de la salle tandis que la dernière est positionnée devant nous, au milieu. C’est grâce à ça que l’on a la sensation que les sons peuvent provenir de différentes directions.

Atmos, c’est en quelque sorte l’évolution ultime du système 5.1. En terme de nombre d’enceintes, cela pourrait s’apparenter à du 62.2. Le nombre de sources différentes est multiplié, ce qui permet une plus grande précision de la direction du son. Mais le plus important, c’est que les enceintes sont maintenant disposées au-dessus de nos têtes, ce qui rend l’immersion d’autant plus impressionnante.

Traitement sonore

Même si le son n’est apparu qu’après l’image, le concept d’associer son et image remonte 6 ans avant la première projection publique d’un film (1895). Lorsque, le 27 février 1888, Thomas Edison  rencontre le photographe Eadweard Muybridge, les deux hommes évoquent alors l’idée de la synchronisation du son et de l’image. Au cours de l’histoire du cinéma sonore, les cinéastes ont accordé de plus en plus d’importance à la bande son, dont la richesse est aujourd’hui un facteur essentiel de qualité esthétique et de succès public.

La gestion du son dans un film se déroule évidemment en deux parties : l’enregistrement et la diffusion. Vous trouverez dans ce tableau les différents moyens d’enregistrement sonore :

tableau son

Au cinéma, la diffusion du son permet d’immerger le spectateur dans l’univers du film. Celle-ci doit être parfaite, et, pour cela, tous les sons du film ne doivent pas venir du même endroit. C’est pour cela que la musique, les bruit des explosions, les voix des acteurs, ne sont pas tous émis du même endroit de la salle.

  • Dolby a pensé à tout !

En 1976, Ray Dolby crée le premier format de diffusion sonore : le célèbre Dolby Surround 5.1 ! Ce format de diffusion sonore est adapté à une salle de cinéma constitué de 5 enceintes satellites et d’un caisson de basse. Les 5 enceintes sont disposées en carré autour de la salle, et le haut-parleur subwoofer, placé au milieu, a pour rôle d’émettre tous les sons de basse fréquence.

Plus récemment, avec la sortie de Toy Story 3 en 2010, Dolby a mis à jour son système de diffusion sonore avec le Dolby Surround Sound 7.1. Ce format est basé sur le même principe que le précédent, mais inclus deux enceintes supplémentaires.

Dolby Surround Sound 5.1 et 7.1
Dolby Surround Sound 5.1 et 7.1

La vidéo suivante est une des bandes annonces de Dolby pour le 7.1, attention à vos oreilles !

Qu’est-ce que la post production

C’est ici que le numérique à le plus apporté au cinéma, du montage au son, tous les processus de finition du film se sont vus améliorés grâce aux progrès remarquables dans le domaine de l’art numérique (les outils informatiques pour la création visuelle se sont beaucoup développés et sont de plus en plus accessibles). Aucune des étapes qui composent la post production ne se font sans l’aide d’un outil numérique. Il y a ainsi trois grandes étapes dans la post production.

Voici une vidéo tirée du Making-Of du film The Hobbit de Peter Jackson. Le réalisateur explique ici toutes facettes de la post production.

L’environnement sonore

Une fois le visuel du film totalement fini, la dernière étape avant la distribution est la balance du son, qui comprend la musique, les dialogues, les bruitages et l’ambiance sonore des décors. Les logiciels de montage sonore tels que Pro Tools, utilisés dans l’industrie de la musique, permettent de corriger et d’équilibrer tous les sons. Les effets sonores sont souvent créés à l’aide de bruits enregistrés qui sont ensuite combinés entre eux et mixés par le biais de ces logiciels. Après obtention des pistes de la musique, des dialogues, et des différents bruits audibles dans la scène, l’équipe de la réalisation procède à l’équilibrage.

Tainted_blue_studios_control_room
Studio d’enregistrement pour mixer les sons du film