Dernière étape : la salle de cinéma

Si cette étape ne figure pas dans le processus de fabrication d’un film, elle reste néanmoins la phase finale du film. Parti d’une idée, d’un scénario, le film atteint dans les salles de cinéma le but pour lequel il a été créé. Une salle de projection actuelle est entièrement numérique. Finies les bobines, remplacées par des disques dur! (plus d’informations sur le projecteur conventionnel,  ici (page Wikipedia)).

35mm cinema projectors in a changeover installation
Projecteur conventionnel

Tout est maintenant dirigé par le biais d’un ordinateur connecté à un serveur, lui-même relié au projecteur.

projecteur_numerique_2012
Ordinateur relié au projecteur et au serveur en dessous

Dans tout ceci, le projectionniste n’a aujourd’hui plus grand-chose à faire si ce n’est double-cliquer sur le fichier du film est attendre la fin de la séance, ce qui, pour beaucoup, créé une mécanisation du cinéma et retire l’aspect « humain » de la projection. Cependant, le passage au numérique a permis de faire évoluer le monde du cinéma. Ainsi, les films en 3D sont nécessairement projetés par le biais de tels projecteurs numériques. Cela permet aussi de réduire les coûts de fabrication d’un film, quand on sait que le prix d’une bobine argentique coût relativement cher, et d’assurer une meilleur diffusion de l’œuvre (il n’est plus nécessaire de passer la bobine de cinéma en cinéma comme c’était le cas avant). En outre, le support numérique permet une conservation intégrale du film, qui ne se dégrade pas, contrairement à la bobine argentique.

Ci-dessous, voici un court documentaire vidéo expliquant le passage de la projection conventionnelle à la projection numérique.